6054 septembre | 2014 | le-blog-de-gwen

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

le-blog-de-gwen
Mon œil ! et autres organes...
Divers et/ou en vrac | 14.09.2014 - 19 h 35 | 3 COMMENTAIRES
Lemon, Limón, Erótica

Étiquettes : , ,

 

 

Auteur-e inconnu-e

fbf85e3e2a66b9b6225a522aa8f9307f_L

Mes Photos | 07.09.2014 - 00 h 27 | 7 COMMENTAIRES
Le Mucem, Marseille, été 2014

Étiquettes : , ,

10314719_10152732676797625_6874333595601078534_n

10407525_10152732667712625_4344676229891917199_n

10458804_10152729898497625_6455086020377789685_n

10605995_10152732667827625_7181277149830837669_n

10609673_10152732668102625_9106672547806102478_n

 

Femmes artistes | 06.09.2014 - 22 h 00 | 2 COMMENTAIRES
« Un art » d’Elizabeth Bishop #ReachingForTheMoon

Étiquettes : , , , , ,

La diffusion de « Reaching for the Moon » de Bruno Barreto en ce moment au cinéma à été l’occasion pour moi de découvrir Elizabeth Bishop dont le film retrace une période de sa vie. Voici un de ses écrits. Je le trouve magnifique. 

Un art

Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître ;
tant de choses semblent si pleines d’envie
d’être perdues que leur perte n’est pas un désastre.

Perds chaque jour quelque chose. L’affolement de perdre
tes clés, accepte-le, et l’heure gâchée qui suit.
Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître.

Puis entraîne toi, va plus vite, il faut étendre
tes pertes : aux endroits, aux noms, au lieu où tu fis
le projet d’aller. Rien là qui soit un désastre.

J’ai perdu la montre de ma mère. La dernière
ou l’avant-dernière de trois maisons aimées : partie !
Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître.

J’ai perdu deux villes, de jolies villes. Et, plus vastes,
des royaumes que j’avais, deux rivières, tout un pays.
Ils me manquent, mais il n’y eut pas là de désastre.

Même en te perdant (la voix qui plaisante, un geste
que j’aime) je n’aurai pas menti. A l’évidence, oui,
dans l’art de perdre il n’est pas trop dur d’être maître
même si il y a là comme (écris-le !) comme un désastre.

Elizabeth Bishop, Géographie III, traduction de Alix Cléo Roubaud, Linda Orr et Claude Mouchard, Circé, 1991, p. 58 et 59.
One art

The art of losing isn’t hard to master ;
so many things seem filled with the intent
to be lost that their loss is no disaster.

Lose something every day. Accept the fluster
of lost door keys, the hour badly spent.
The art of losing isn’t hard to master.

Then practice losing farther, losing faster :
places, and names, and where it was you meant
to travel. None of these will bring disaster.

I lost my mother’s watch. And look ! my last, or
next-to-last, of three loved houses went.
The art of losing isn’t hard to master.

I lost two cities, lovely ones. And, vaster,
some realms I owned, two rivers, a continent.
I miss them, but it wasn’t a disaster.

– Even losing you (the joking voice, a gesture
I love) I shan’t have lied. It’s evident
the art of losing’s not too hard to master
though it may look (Write it !) like disaster.

 

Publicité